Le Royaume du Maroc se situe à l’extrême nord-ouest du continent Africain.

Son territoire s’étend sur une superficie de 710.850 kilomètres carrés. Ses frontières terrestres sont limitées par l’Algérie à l’est et par la Mauritanie au sud. L’océan Atlantique constitue sa façade occidentale, tandis que la mer Méditerranée le borde au nord.

2. Relief et végétation

Le paysage géographique du Maroc est caractérisé par trois principaux ensembles de relief:

• les zones présahariennes ou sahariennes formées par les plaines et plateaux du Maroc oriental, l’Anti-Atlas et les Hamada,

• les plaines et plateaux du Maroc atlantique central,

• l’arc montagneux formé par le Rif, qui retombe brutalement sur la Méditerranée, le Moyen-Atlas et le Haut Atlas.

1. Climat

De caractère méditerranéen, à la fois tempéré et chaud, le climat marocain est d’abord un climat de type subtropical. Ses variations sont étroitement liées aux mouvements de l’anticyclone des Açores, de la dépression saharienne et des divers influences isobariques, nord-atlantiques ou méditerranéennes, qui leur sont liés. La versatilité du climat marocain s’explique aussi par l’influence qu’exercent d’autres facteurs (mer, désert, continentalité, courants des Canaries, exposition des versants).

2. Façade maritime

La façade maritime du Maroc constitue un de ses principaux atouts. En effet le Maroc est longé par l’océan Atlantique (2.422 kms) à l’ouest et la mer Méditerranée (430 kms) au nord.

1. Histoire

Le Maroc sort de la préhistoire après que les Phéniciens installèrent leurs premiers comptoirs vers 1100 av JC, sur la route de l’or et du pourpre. Au IV siècle av. JC, le nord du Maroc a connu la constitution d’une fédération de tribus de Maures (désignés plus tard sous le nom de Berbères) qui donna naissance au Royaume de Mauritanie.

La présence Romaine débuta effectivement au Maroc après la chute de Carthage en 146 av. JC, mais ce n’est qu’en 46 ap. JC, que l’empereur Claude créa la province de Mauritanie tingitane, avec Tingis (Tanger) pour chef-lieu, rattachant ainsi la région à l'empire. C’est au IV siècle que le Christianisme donne les premiers signes de sa présence.

La conquête du Maroc par les Arabes vers la fin du VII siècle, marque les débuts de l’islamisation du pays et de la naissance de la nation marocaine.

Musa ben Nusayr, en remarquable politicien et chef de guerre, conquit le Maroc. Les soulèvements berbères furent anti-arabes et non anti-islamiques. Musa confia d’importantes responsabilités aux berbères. C’est ainsi que l’un d’eux, Tarik ibn Zyad, reçut le commandement de l’armée qui conquit l’Espagne, laissa son nom à Gibraltar (Jbel Tarik), et arriva jusqu’à Poitiers en 732.

La première dynastie marocaine fut instaurée par Idriss Ier. Les Idrissides (686-917) ont régné au Maroc, instaurant la première monarchie marocaine dont la capitale fut Fès, l’actuelle capitale spirituelle, qui en 920 tomba sous le contrôle d’une dynastie berbère, les Almoravides. Il a fallu aux Almoravides une dizaine d’années pour conquérir le Sahara et, débordant le Nord de l’Atlas, ils créèrent en 1062 une seconde capitale à Marrakech. La dynastie des Almohades qui lui succède a vu le jour dans le Haut Atlas. Les Almohades ne tardent pas à conquérir le reste du Maroc et de l’Afrique du Nord. Le règne de Yaqub el Mansur est considéré comme l’apogée de la civilisation des Almohades. Dès 1269, le Maroc passe aux mains des Mérinides, tribu berbère des hauts plateaux. Ces derniers continuent la même politique d’unification entreprise les dynasties précédentes, et c’est à cette époque qu’ont lieu les premières incursions étrangères venues du nord. Les Saâdiens prennent la tête de la guerre d’unification. Entre 1510 et 1523, ils prennent le contrôle du sud, expulsent les portugais d’Agadir en 1541, et vont reconquérir le reste du Maroc. Après la décadence des Saâdiens, les Alaouites, qui tenaient les axes du commerce saharien, entreprenent la reconquête du Maroc dans les années 1660, et installent la dynastie Alaouite qui s’est maintenue jusqu’à nos jours.

A la fin du XVIIIe siècle les européens rivalisent pour obtenir des avantages commerciaux au Maroc et le pays connaît une période de crise économique avec la fermeture de la route de l’or. Malgré les efforts de Moulay Ismaël et de ses successeurs, l’emprise des puissances étrangères devint irrésistible et c’est en 1912 que le sultan Moulay Hafid accepta de signer le traité de protectorat avec la France et de céder le territoire d’Ifni au sud, et le Rif au nord, à l’Espagne. Tanger hérita du statut international, finalisé en 1923. Dès 1921 les révoltes contre l’occupant se déclenchèrent. Après la deuxième guerre mondiale à laquelle participèrent des milliers de marocains, les masses ouvrières, les étudiants aidées par la population urbaine organisèrent la résistance, alors que l’armée de libération se soulevait à partir du monde rural. Face à cette détermination, la France dans un ultime recours décida de déstabiliser le Maroc en exilant Mohamed V. En vain, puisque cette décision n’a eu d’autres effets que de soulever le Maroc dans son ensemble.

En 1955, à son retour, le roi Mohammed V était considéré comme partenaire du peuple entier dans la quête vers l’indépendance du Maroc; il mourut en 1961. Son fils, Sa Majesté Hassan II lui succéda le 3 mars 1961 et prit ainsi les commandes d’un pays résolument tourné vers l’avenir.

2. Population

La population marocaine atteignait 26.848 millions habitants en 1996, répartis entre 14.100 millions (52,5%) en milieu urbain et 12.748 millions (47,5%) en milieu rural. Environ 46.5% de la population est âgée de moins de 20 ans et 35.4% de moins de 15 ans.

Source : Entreprendre au maroc & offshoring 30/10/2006

Voir nos Packs                                           Commandez Maintenant